Le coup de main du jour

Publié le par coccinelle

Pauvre François-Xavier de PERETTI !

Cet éminent membre du Comité de Conciliation et de Contrôle s'est, paraît-il, affreusement fait mal à la main samedi dernier, au point de s'en plaindre à ses amis qui ont assisté, impuissants, à la scène.

C'est arrivé à Marseille, pendant le dépouillement des bulletins de vote pour les élections départementales des Bouches-du-Rhône, figurez-vous. On n'imagine pas à quel point la démocratie est un exercice périlleux !

Bref, si on peut aider à notre modeste niveau (photo ci-contre).

Un coup de main en vaut un autre, n'est-ce pas ? Entre démocrates, faut s'entraider !

Allez, bisous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique 13/01/2009 17:27

Gilles Artigues sera un Député européen propre :

http://fantomette.hautetfort.com/

Guillemette de Marsilla 10/01/2009 12:28

« Errare humanum est, perseverare diabolicum »
Commentaire n° 17 posté par Bruno le 30/12/2008 à 18h14
@ Sibémol 83, pour son Commentaire N° 4 par Bernard Catteau du 17/12/2008 au Post du 15/12/2008 « Message de Gilles Artigues pour votre soutien » :

« Une tête de liste qui détient notoriété et expérience à la hauteur de l’enjeu »
«La candidature de JL Bennahmias qui ne peut que nous renforcer sur le plan national et européen… »
Alors là, je suis sciée !
Je ne soutiendrai jamais la candidature de JL Bennahmias parce que je le connais trop bien et qu’il a conduit le Modem 13 où il en est grâce à son incompétence, pour ne pas dire sa Co..erie.
Ceux qui l’applaudissent ne savent sans doute pas à quel point cet homme est manipulateur et carriériste. En fait c’est le candidat européen Modem idéal que nous recommanderait le nouveau centre, le PS ou l’UMP. Pas mieux pour ridiculiser le mouvement…
Personnellement, je ne choisis pas un candidat européen aussi inexistant ailleurs qu’au restaurant, dans la presse et à la télé.

Parlons de son bilan…Beaucoup à dire et puisqu’il mentionne colloques et commissions :

http://www.minima-sociaux.org/post_colloque.html

Sachez qu’ après certaines autres interventions en séances plénières, intéressantes, riches ou novatrices - dont celle d’un autre député membre de la même Commission Sociale - , l’intervention de M. JLB à ce « Colloque Européen sur les Minimas Sociaux », l’ Adai13, dans sa synthèse ( Page 8 ), n’a pu relever que son interrogation sur ce « que peuvent penser les Rmistes ou pire les jeunes dénués de toutes ressources quand les représentants politiques se mettent à débattre des investissements pétroliers ou nucléaires, ou de la rentabilité, quand eux-mêmes peinent à s’offrir la nourriture quotidienne et n’espèrent même pas s’offrir une voiture ? »

Un autre exemple :

A l’enquête réalisée parmi les candidats aux élections municipales par « Transparence International » ( France ), Jean-Luc Bennahmias et Jean-Claude Gaudin, ont été les deux seuls à répondre que si, ayant été élus, il étaient condamnés pour un délit financier, il conserveraient leur mandat ( et les indemnités qui en découlent ) et ne démissionneraient qu’après avoir épuisé toutes les voies de recours, d’appel, cassation, etc.

http://www.transparence-france.org/ewb_pages/e/elections-municipales-2008-carte.php?id=2213

Alors même que 80 % des candidats ont pris l’engagement contraire pour le cas où ils seraient élus .

Prévoyant, et adroit pour utiliser le vide pour lequel il se fait inviter, JLB, candidat à la candidature, avait déjà publié son Bilan D’un député Européen avant même son intervention au « Colloque Européen sur les Minimas Sociaux » ci dessus , qui figure pourtant sur son bilan…

Car « Le Bilan d’un Député Européen » de Juillet 2006 à Juin 2008, par Jean-Luc Bennahmias est construit comme le fut son programme de campagne :
Du travail de groupe ? Aucune trace ! Hors de son équipe nommée en page 8. Par contre, un ramassis de banalités, des justificatifs de son quota de prises de parole, dont personne ne garde le souvenir d‘une grande efficacité. Il a essentiellement soulevé quelques unes de ces questions importantes, que tout le monde soulève sans proposer une manière de procéder pour changer les choses. Il est spécialiste des questions.

Le tout est fleuri de plus de 100 fautes d’orthographe et je n’ai pourtant pas pris la peine de les relever toutes ! Sans parler des répétitions, des fautes de Français. (J’attends mieux d’une député européen , Vice-Président du MODEM etc …)

C’est une auto-évaluation d’un cru particulièrement vide et surfait. Et il ne parle que de lui, pas de ce que son passage au parlement aura concrètement apporté aux citoyens européens et à leur descendance.

Salutations démocrates

Guillemette de Marsila
Commentaire n° 18 posté par Guillemette de Marsila aujourd'hui à 16h31
ajouter un commentaire
Présentation
§ Blog : Le blog de force_hyeres
§
§ Catégorie : Modem Bayrou Mouvement Démocrate Modem varois politique

guillemette de Marsilla 10/01/2009 12:25

« Errare humanum est, perseverare diabolicum »
Commentaire n° 17 posté par Bruno le 30/12/2008 à 18h14
@ Sibémol 83, pour son Commentaire N° 4 par Bernard Catteau du 17/12/2008 au Post du 15/12/2008 « Message de Gilles Artigues pour votre soutien » :

« Une tête de liste qui détient notoriété et expérience à la hauteur de l’enjeu »
«La candidature de JL Bennahmias qui ne peut que nous renforcer sur le plan national et européen… »
Alors là, je suis sciée !
Je ne soutiendrai jamais la candidature de JL Bennahmias parce que je le connais trop bien et qu’il a conduit le Modem 13 où il en est grâce à son incompétence, pour ne pas dire sa Co..erie.
Ceux qui l’applaudissent ne savent sans doute pas à quel point cet homme est manipulateur et carriériste. En fait c’est le candidat européen Modem idéal que nous recommanderait le nouveau centre, le PS ou l’UMP. Pas mieux pour ridiculiser le mouvement…
Personnellement, je ne choisis pas un candidat européen aussi inexistant ailleurs qu’au restaurant, dans la presse et à la télé.

Parlons de son bilan…Beaucoup à dire et puisqu’il mentionne colloques et commissions :

http://www.minima-sociaux.org/post_colloque.html

Sachez qu’ après certaines autres interventions en séances plénières, intéressantes, riches ou novatrices - dont celle d’un autre député membre de la même Commission Sociale - , l’intervention de M. JLB à ce « Colloque Européen sur les Minimas Sociaux », l’ Adai13, dans sa synthèse ( Page 8 ), n’a pu relever que son interrogation sur ce « que peuvent penser les Rmistes ou pire les jeunes dénués de toutes ressources quand les représentants politiques se mettent à débattre des investissements pétroliers ou nucléaires, ou de la rentabilité, quand eux-mêmes peinent à s’offrir la nourriture quotidienne et n’espèrent même pas s’offrir une voiture ? »

Un autre exemple :

A l’enquête réalisée parmi les candidats aux élections municipales par « Transparence International » ( France ), Jean-Luc Bennahmias et Jean-Claude Gaudin, ont été les deux seuls à répondre que si, ayant été élus, il étaient condamnés pour un délit financier, il conserveraient leur mandat ( et les indemnités qui en découlent ) et ne démissionneraient qu’après avoir épuisé toutes les voies de recours, d’appel, cassation, etc.

http://www.transparence-france.org/ewb_pages/e/elections-municipales-2008-carte.php?id=2213

Alors même que 80 % des candidats ont pris l’engagement contraire pour le cas où ils seraient élus .

Prévoyant, et adroit pour utiliser le vide pour lequel il se fait inviter, JLB, candidat à la candidature, avait déjà publié son Bilan D’un député Européen avant même son intervention au « Colloque Européen sur les Minimas Sociaux » ci dessus , qui figure pourtant sur son bilan…

Car « Le Bilan d’un Député Européen » de Juillet 2006 à Juin 2008, par Jean-Luc Bennahmias est construit comme le fut son programme de campagne :
Du travail de groupe ? Aucune trace ! Hors de son équipe nommée en page 8. Par contre, un ramassis de banalités, des justificatifs de son quota de prises de parole, dont personne ne garde le souvenir d‘une grande efficacité. Il a essentiellement soulevé quelques unes de ces questions importantes, que tout le monde soulève sans proposer une manière de procéder pour changer les choses. Il est spécialiste des questions.

Le tout est fleuri de plus de 100 fautes d’orthographe et je n’ai pourtant pas pris la peine de les relever toutes ! Sans parler des répétitions, des fautes de Français. (J’attends mieux d’une député européen , Vice-Président du MODEM etc …)

C’est une auto-évaluation d’un cru particulièrement vide et surfait. Et il ne parle que de lui, pas de ce que son passage au parlement aura concrètement apporté aux citoyens européens et à leur descendance.

Salutations démocrates

Guillemette de Marsila
Commentaire n° 18 posté par Guillemette de Marsila aujourd'hui à 16h31
ajouter un commentaire
Présentation
§ Blog : Le blog de force_hyeres
§
§ Catégorie : Modem Bayrou Mouvement Démocrate Modem varois politique

goodnewsmarseille 19/11/2008 13:08

L'ESSENTIEL EST-IL ENCORE D'ETRE DE GAUCHE ?

Pourquoi des élus, militants et responsables, du Mouvement Démocrate prennent-ils la parole à la veille du congrès du Parti Socialiste ? Naturellement, il ne s'agit pas de commenter un débat interne qui appartient aux militants socialistes et encore moins de s’y inviter. Simplement, au cœur de la crise financière et économique, et à la veille de la crise sociale la plus importante qu’aient à affronter la France et l’Europe depuis la seconde guerre mondiale, nous souhaitons nous exprimer sur les enjeux fondamentaux et essentiels de notre société.

La politique n’est pas affaire de postures.

Pour nous, il ne suffit pas de se dire de gauche pour être en capacité de bâtir une alternative crédible à la politique de Nicolas Sarkozy.

Pour nous, il ne suffit pas de se déclarer de gauche pour être crédible dans la refondation d'un projet politique généreux, juste et humaniste.

Pour nous, il ne suffit plus de se placer à gauche pour porter les aspirations populaires et citoyennes des Français et des Européens.

La politique n’est pas une affaire de postures. Opposer une critique fondée et argumentée à la politique de Nicolas Sarkozy, produire des idées nouvelles et refonder un projet politique, là se situe l'essentiel. Là est l’enjeu du combat des Démocrates français.

Pour ces raisons, la défaite interne de Bertrand Delanoë ne nous a pas surpris. Après avoir dit « Niet » à toute alliance avec les Démocrates de Paris, par un secret mélange de sectarisme, d’opportunisme et de cynisme, Monsieur Delanoë, drapé dans son refus de discuter avec le Mouvement Démocrate et François Bayrou, en a fait l’un de ses principaux arguments de campagne. Mais, il arrive, Monsieur Delanoë, que les militants aient un temps d'avance sur leurs dirigeants.

Les Démocrates ne laisseront pas le monopole d’une nouvelle offre politique au Parti Socialiste.

Tout au long de la campagne présidentielle, nous n’avons cessé d’exprimer nos désaccords profonds avec le projet porté par Nicolas Sarkozy. François Bayrou, le premier, a dénoncé sa fascination pour le modèle américain. Avoir voulu s’en inspirer pour la France et faire de ce terrible mot d’ordre "réhabiliter l'argent", l’emblème d’une nouvelle éthique politique, à quelques mois de l'effondrement du capitalisme financier, restera, à jamais, inscrit comme l'erreur fondamentale et l’empreinte originelle du Sarkozysme.

En célébrant à l'excès la réussite matérielle et individuelle, le Président de la République a oublié ou a feint d'ignorer les injustices profondes qui minent notre société ! Fascination et proximité vis-à-vis des puissants ont eu pour conséquence un grave aveuglement en matière économique et sociale.

Le vote du paquet fiscal d'un montant de 15 milliards d'euros par an, durant l'été 2007, coute cher au pays, se révèle totalement inefficace et profite seulement aux plus riches. La seule loi dite «en faveur Travail, de l’Emploi et du Pouvoir d’Achat » aboutit à une aberration économique absolue. Le nombre d'heures supplémentaires a augmenté de 5,5% pour un coût de 7 milliards d'euros. Il y a urgence à revenir sur le vote du paquet fiscal et à rendre des marges de manœuvre financières au Gouvernement, du pouvoir d'achat aux Français et à relancer l'investissement et la consommation.

Clairement, les Démocrates ne laisseront pas le monopole de la critique du Sarkozysme et la formulation d’une nouvelle offre politique au Parti Socialiste. 30 milliards d'euros par an, couvrent le cout de trois mesures à nos yeux prioritaires : la construction de 300.000 logements sociaux, l'augmentation de 2% du pouvoir d'achat des retraités modestes et des salariés payés entre 1 et 1,3 SMIC, la hausse de 5% des dotations aux collectivités locales, lesquelles financent et réalisent 73% des investissements publics.

Nous devons repenser la mondialisation, en Démocrates.

Simultanément à l'élaboration d'une critique argumentée et fondée, une autre urgence s’impose : la production d'idées nouvelles et la refondation d'un modèle de société plus généreuse et plus humaine. Pourquoi le monde serait-il pour autant condamné à voir s’accroître des inégalités de plus en plus choquantes assumées au nom d’une prétendue nécessité naturelle et qui font de l’égalité un principe formel face à la concentration du capital, de la richesse et du pouvoir aux mains de quelques privilégiés ?

Pour nous, Démocrates français, l’interdépendance planétaire est en mesure de favoriser l'émergence d'une logique nouvelle. Les progrés sociaux, la santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté, la lutte contre l’accaparement des ressources naturelles et culturelles de la planète, la prévention contre les conséquences sanitaires et économiques désastreuses du réchauffement climatique sont des objectifs en passe de devoir être partagés, par tous les régimes démocratiques sur tous les continents.

La France et l'Europe peuvent être les locomotives de cette mondialisation généreuse et humaine contre une barbarie nouvelle pour laquelle la valeur de l’argent est supérieure à celle de la vie et où le profit prime sur l’homme et son environnement. Des OGN à la crise alimentaire, de l’effet de serre au manque de médicaments indispensables, de la disparition des espèces à la mort des agricultures vivrières les défis sont mondiaux et la combat est planétaire. C’est à l’échelle de se combat qu’un grand projet démocrate doit écrire ses ambitions.

Après celui des droits de l'Homme, c'est un nouveau message universel que la France doit contribuer à penser et à porter. Nombreux sont les domaines où la pensée politique doit être refondée : démocratie, indépendance de l’information, distribution de la richesse des nations, droit des minorités, justice, institutions, projet européen…

Les Démocrates, en France, sont déterminés à être à la pointe d’un nouveau projet de société plus humain, plus fraternel, plus audacieux, ouvert aux idées et à la diversité, bref, plus généreux. Pour nous, il importe, sans tarder, de lancer une « nouvelle école démocrate ».

Socialistes, encore un effort !

Reste la question politique. Les Démocrates sont crédibles parce qu'ils ont à leur tête un leader reconnu par l'opinion publique en la personne de François Bayrou. Ce leadership résulte d'une légitimité populaire et électorale, d'une volonté réaffirmée de réconciliation nationale et européenne qui donne son sens au projet démocrate.

Il a fallu de la force et du courage pour dire, à la veille du second tour de l'élection présidentielle, "Je ne voterai pas Nicolas Sarkozy". Cette phrase, mal comprise par certains en 2007, est la première pierre de l'alternative à la politique actuelle. Aussi, les Démocrates, avec François Bayrou, entendent bien jouer les premiers rôles dans la construction d'une alternative à la politique de Nicolas Sarkozy.

Nous voulons conclure en évoquant la pensée politique d'un autre François, François Mitterrand. Cela peut paraître curieux que des Démocrates en appellent à la mémoire de François Mitterrand.

Mais la vraie leçon de François Mitterrand se résume t-elle à un jeu d’alliances ? Nous ne le pensons pas. Si François Mitterrand a eu du génie, c’est en imposant à la vieille SFIO l'idée que l'essentiel consistait, sous la Ve République, à conquérir l'Elysée pour proposer aux Français et conduire un nouveau projet politique. Ensuite sont venues les alliances. Car, l’alternance au plus haut sommet de l’Etat n'est possible que dans le cadre d'un rassemblement sans exclusive, une fois posé un projet de société : c'est la contribution que, nous, Démocrates, portons au débat.

Socialistes, encore un effort !


Olivier HENNO Eric AZIERE François-Xavier de PERETTI
Maire de St André Conseiller Régional Conseiller Municipal d'Aix
Président MODEM 59 MODEM Ile de France en Provence
Président MODEM 13

kalvin clone 18/11/2008 11:55

Madame, mademoiselle, Monsieur, chers amis,

Nous organisons le vendredi 21 novembre à 18h30 une réunion de préparation de notre campagne pour les élections européennes. Cette réunion sera l'occasion de faire un bilan de la situation européenne, et d'appronfondir ensemble notre projet européen. Cette réunion, en présence de Jean Luc Bennahmias, député européen , vice président du Modem aura lieu :

Salle Dugommier
Maison de quartier
12 boulevard DUGOMMIER
13001 Marseille

N'hésitez pas à inviter sympathisants et amis du Mouvement Démocrate.